Vous sentez-vous proches d’une célébrité ?

Lorsque je lis les entretiens donnés par Lana Del Rey, je suis souvent frappée par notre gémellité psychologique !

J’ai sélectionné des réponses, que j’aurais pu prononcer, à des questions posées par des journalistes ! 

 Par contre, je suis bien plus passionnée par la psychologie  que par la philosophie, ah, ah…


Vous sentez-vous sur la même  longueur d’onde qu’une vedette ? Racontez-moi tout !

Je suis mystique dans l’âme. L’histoire de l’ésotérisme et de la magie me parle.

J’imagine tellement de choses, j’ai toujours un million de pensées à la minute. C’est tellement difficile de toutes les canaliser, qu’elles soient toutes lumineuses. Mais je crois que je suis aussi quelqu’un de réaliste. Il faut juste que la pensée, le corps et l’esprit soient sur la même longueur d’ondes. Mais c’est visiblement un travail à temps plein ! (Rires)

J’ai retenu un truc, c’est que les gens vous disent très vite qui ils sont. Encore faut-il savoir les écouter, être attentive aux signaux. Dans le passé, j’ai parfois eu des amoureux qui me disaient des choses bizarres et que j’aurais dû trouver inacceptables, mais j’ai fermé les yeux. Ça ne m’arrivera plus. Au moindre indice suspect, je fuis sans me retourner. Une histoire d’amour qui ne vous fait pas du bien est nocive. Je l’ai enfin compris.

Je suis vraiment choquée que je puisse nager dans la mer parce que ma plus grande phobie, c’est de tomber nez à nez avec un requin.

 (Elle évoque le fait d’avoir étudié la philosophie) … Mais ça m’a permis de me poser beaucoup de questions, auxquelles je n’ai trouvé aucune réponse. Si ce n’est de fréquenter les gens qui se posent les bonnes questions, avec qui vous êtes sur la même longueur d’onde. Le philosophe Josiah Royce parlait de ces communautés d’esprit, de leur importance fondamentale pour votre épanouissement.

Mais la plupart du temps, je dialogue avec moi-même. Pourtant, je me sens moins à part, moins différente des autres aujourd’hui. J’ai l’impression d’être enfin plus connectée au monde. C’est rassurant. J’arrive à analyser ma vie depuis l’adolescence avec suffisamment de détachement désormais.

Si je trouve quelqu’un que j’aime, je l’aimerai probablement toujours. Je suis fidèle, émotionnellement. Je donne ma confiance. Mais prudemment. Parce que je vois immédiatement des drapeaux rouges apparaître, dès que je croise une personne nouvelle. Au fond, j’aime les gens qui sont d’humeur constante, ne changent pas de personnalité d’un coup. Je n’ai pas besoin de plus de surprises dans ma vie.

Je me sens profondément liée à une forme de mysticisme, je recherche la compagnie des esprits. J’ai toujours pensé à la mort, ça m’obsède depuis l’enfance. Quand j’ai compris ce que c’était, que mes parents ne seraient pas toujours là, j’ai piqué une crise d’hystérie, il a fallu faire venir un médecin. Je me souviens qu’un jour, mon père m’a emmenée faire du shopping pour la rentrée des classes et je lui ai dit : “À quoi bon acheter des nouvelles fringues puisqu’on va tous mourir ?”. J’ai choisi des études de philosophie et me suis passionnée pour la métaphysique pour tenter de répondre à ces questions, pour m’interroger sur ma présence sur terre, pour incorporer la science à cette réflexion. Il y a dix mois, j’ai traversé une période très difficile et j’ai rendu visite à Fleur, l’une des médiums les plus connues des Etats-Unis. Elle a confirmé pas mal de choses qui me taraudaient. Son assistante m’avait fait écrire, secrètement, des questions que j’aimerais poser à Fleur. La première était : “Suis-je faite pour ce monde ? Suis-je censée être ici-bas ?”. J’aurais été trop gênée de poser cette question à qui que ce soit, mais d’un autre côté, je me sentais totalement déconnectée de ma musique, de mes pairs. Elle m’a tout de suite répondu : “Pourquoi cherches-tu à t’évader ? Plante tes pieds fermement dans la terre et dis-toi que tu es née ici et aujourd’hui pour une bonne raison. Cherche plutôt le confort dans la terre, le sable, l’eau…” C’est là que j’ai commencé à me reconnecter avec les fondamentaux de la planète, à marcher sur la plage, à nager dans le Pacifique. Elle savait beaucoup de choses sur moi (…) Ça m’a vraiment secouée car je n’en avais jamais parlé à personne. Ça m’a rassurée quant à la présence d’un au-delà.

 Sources : Paris Match, Les Inrocks

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s