Christine Angot : une voix face au choc causé par la prédation !

L’écoute me fut particulièrement laborieuse – elle est en permanence dans la contestation durant l’entretien accordé à « La poudre » –  mais elle exprime un point de vue sur les victimes de violences (pas seulement sexuelles)  que je n’avais jamais entendu auparavant ; je pense sincèrement qu’il peut être utile et / ou pousser à la réflexion.

Vous pouvez écouter gratuitement l’échange qu’elle a accordé à la journaliste Lauren Bastide sur Spotify ; c’est à partir d’une heure de conversation qu’elle se montre particulièrement pertinente et singulière selon moi. Petite précision : bien que je conçois mieux à présent sa colère envers Sandrine Rousseau, je n’approuve pas le fait de rabaisser une victime qui non seulement essaie d’apporter des solutions mais, de plus, ne maltraite personne.

La vérité est qu’on se débrouille ! »

« Je pense qu’on peut être victime de quelque chose et être intelligent, à priori ; et que on doit pouvoir se débrouiller pour exposer soi-même ce qu’on a compris de ce qu’on a vécu. »

« La victime est là pour informer les gens de ce qu’il se passe dans cette société, parce qu’elle est la première à avoir très bien compris ce qu’il se passe… » 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s